Germains de la Mer Baltique selon notre ADN-Y

Des Bérubé des lignées de Pierre et de Mathurin, deux fils de notre ancêtre Damian nés en 1682 et 1688, ont été testés du point de vue génétique. Les tests ont révélés que les marqueurs identifiés à partir de leur ADN-Y sont pratiquement identiques, malgré une distance de neuf générations. Ceci donne également une idée de la « signature adénique » de Damian, comme si nous pouvions le tester lui aussi. Les tests nous ont appris dans un premier temps que les Bérubé sont porteurs d’une micromutation, aussi appelée SNP, identifiée comme R-U-198 et ensuite, d’une plus récente, R-S15627, qui se retrouve chez au moins la moitié des Anglais classés U198. Cette mutation serait apparue il y a au moins 2000 ans chez les Germains de la mer du nord (Angles, Frisons, Saxons) qui habitaient un territoire chevauchant de nos jours l’Allemagne, le Danemark et les Pays-Bas. Dans ces pays et en Angleterre, il y a de 1 à 2 % des gens qui sont porteurs de cette mutation, mais aucun n’a été identifié à ce jour dans le monde francophone, hormis des Bérubé. La présence exceptionnellement élevée des groupes sanguins AB et B chez les Bérubé se compare par ailleurs à ce que l’on trouve chez les Slaves. Qui plus est, les résultats récemment obtenus au test Big Y permettent d’en savoir plus, sujet que nous approfondissons dans Le Monde Berrubey. Les plus récentes informations portent sur notre appartenance à une petite branche des S-15627, caractérisée par le SNP JFS0091, à laquelle se joignent également des gens nommés Tatum. De là émane une branche encore plus récente, celle du SNP JFS0367, que nous partageons avec un Carlgren (Kärlgren) de Suède.

Mise à jour le 15 janvier 2018, à 12 h 19.